Je gère mon compte

(abonnement(s), données personnelles)

Mot de passe oublié ?

J'accède à la plateforme
de Soutien scolaire

Je me connecte à la plateforme

La nature - Cours et exercices de Philosophie, Terminale Générale

Votre enfant est en classe de Terminale et vous souhaitez l'accompagner dans sa réussite en Philosophie?

Pour revoir le chapitre "La nature". Bordas soutien scolaire vous propose plusieurs séquences avec des saynètes, des cours et des exercices interactifs.

Les notions abordées :

La nature

Le mot de « nature » vient du latin natus sum : « je suis né ». On appelle « nature » ce qui est là, dès l'apparition d'un être : c'est là sa « nature », sans artifice. Par synecdoque, on désigne du mot de « nature » l'ensemble des réalités matérielles et sensibles dont l'animation est indépendante des êtres humains. 

Ce qui est humain est-il naturel ?

1. La nature humaine

Nous sommes tous, en tant qu'humains, des êtres dotés d'une animation propre, même minime. Dès la naissance, nous sommes en mesure de nous mouvoir ; certes relativement dépendants, nous n'en sommes pas moins autonomes dans notre motricité et notre croissance. Cette autonomie, si elle n'est de fait (il arrive que nous perdions notre autonomie), reste une autonomie de droit : en cela, nous sommes des êtres naturels.

Dominer la nature ?

1. Vulnérabilité humaine, force de la nature

La nature est adverse, elle est dangereuse pour les êtres humains. Les premières civilisations étaient fortement solidaires, tant la solitude condamnait l'individu à la mort. Ainsi, la nature laisse l'homme sans défense face aux prédateurs, aux intempéries climatiques et météorologiques, sans compter la faiblesse de son immunité qui le rend vulnérable aux maladies. C'est pourquoi la nature a longtemps semblé faire face aux êtres humains, telle une ennemie potentielle.

Retour à la nature

1. Le mythe du bon sauvage

Au XVIIIe siècle, la découverte des Amériques n'est plus toute récente mais on observe un revirement dans les mentalités européennes. Si l'on a longtemps considéré que les Indigènes d'Amériques étaient des peuples primitifs, c'est-à-dire beaucoup trop proches de la nature et, en cela, peu évolués, certains penseurs tel Rousseau soutiennent que l'état de nature est beaucoup plus sain que l'état de civilisation. En effet, à l'état culturel, les individus ont acquis des codes sociaux arbitraires qui leur valent de s'inscrire selon des hiérarchies qui ne vont pas de soi. Alors, qu'à l'inverse, Rousseau promeut l'idée que l'état de nature est un état d'autonomie et de bonté que ne permet pas la société évoluée.

Les derniers avis

Vous souhaitez ...
  • Recevoir notre documentation ?
  • Bénéficier de nos offres spéciales ?
  • Être tenu informé de nos actualités ?