Je gère mon compte

(abonnement(s), données personnelles)

Mot de passe oublié ?

J'accède à la plateforme
de Soutien scolaire

Je me connecte à la plateforme

La justice et le droit - Cours et exercices de Philosophie, Terminale Générale

Votre enfant est en classe de Terminale et vous souhaitez l'accompagner dans sa réussite en Philosophie?

Pour revoir le chapitre "La justice et le droit". Bordas soutien scolaire vous propose plusieurs séquences avec des saynètes, des cours et des exercices interactifs.

Les notions abordées :

La justice et le droit

1. Une étymologie commune

Le terme de « justice » vient du latin jus, juris qui signifie... le droit !

Les Romains en particulier aimaient considérablement les querelles et leur résolution par le biais de pratiques oratoires, qu'ils ont institutionnalisées. Le droit romain a constitué en très grande partie la base du droit tel qu'on le pratique aujourd'hui.



L'idée de justice est-elle naturelle ?

1. La justice comme valeur transcendante

Il est possible de penser avec Platon, notamment d'après son ouvrage majeur La République, que l'idée de « juste » est liée à l'idée de « Bien ». Or, cette dernière est une « essence », une entité qui existe de toute éternité, indépendamment des hommes. Elle peut être considérée comme une entité transcendante : Platon parle de « souverain Bien », ce qui pourrait ressembler à une sorte de « Dieu ». Avec Platon apparaît donc l'idée que la « justice » provient de la connaissance du « Bien » en soi ; l'homme juste, ce sera le philosophe qui a cherché toute sa vie à s'approcher de l'idée de Bien. Les lois doivent être l'expression de la justice ; ceux qui agissent suivant la justice vivent en harmonie, et ceux qui ne le font pas vivent en conflit. C'est pour cette raison que Socrate a accepté d'être condamné à mort : il estimait que si les lois voulaient sa mort, alors cette dernière était « souhaitable ».

Le droit comme construction sociale

1. La loi varie suivant les pays

Dans son texte De l'esprit des lois, Montesquieu, penseur du siècle des Lumières, affirme que les lois sont essentielles aux sociétés mais qu'il faut les adapter suivant les mœurs. C'est l'approche de la sociologie du droit, laquelle affirme que les premières lois ont reposé sur des interdits et des coutumes d'ordre religieux.


Pourtant, ne peut-on pas attendre du droit qu'il ne soit pas une construction arbitraire, et que les lois reposent sur des décrets qui dépassent les hommes ? 

La justice est-elle relative ?

1. Des mécanismes idéologiques

Il y a, d'une part, l'inégalité naturelle : celle des talents et des aptitudes, physiques ou intellectuels ; et d'autre part des inégalités artificielles liées aux conditions sociales de chacun. Est-il juste de rémunérer davantage une personne parce qu'elle est plus douée ou plus jolie qu'une autre ? Pourtant, de fait, les choses fonctionnent ainsi.

C'est pourquoi Karl Marx déclare que l'égalité de droit revendiquée par la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme n'est que « pure forme » ; elle s'intègre dans un mécanisme idéologique par lequel la classe dominante veut faire croire à un semblant d'égalité.

Les derniers avis

Les autres notions abordées dans le chapitre Cours et exercices de Philosophie en Terminale Générale - La politique

Vous souhaitez ...
  • Recevoir notre documentation ?
  • Bénéficier de nos offres spéciales ?
  • Être tenu informé de nos actualités ?