Je gère mon compte

(abonnement(s), données personnelles)

Mot de passe oublié ?

J'accède à la plateforme
de Soutien scolaire

Je me connecte à la plateforme

Mers et océans : entre appropriation, protection et liberté de circulation - Cours et exercices de Géographie, Terminale Générale

Votre enfant est en classe de Terminale et vous souhaitez l'accompagner dans sa réussite en Géographie?

Pour revoir le chapitre "Mers et océans : entre appropriation, protection et liberté de circulation". Bordas soutien scolaire vous propose plusieurs séquences avec des cours et des exercices interactifs.

Les notions abordées :

Appropriation, protection et liberté de circulation sur les mers et océans

Les mers et océans ont depuis toujours eu un rôle majeur dans la mondialisation et le commerce, et aujourd'hui plus que jamais. De leur importance cruciale découle une attractivité croissante. 

Étude de cas : la mer de Chine méridionale, concurrences territoriales, enjeux économiques et liberté de circulation

1. La mer de Chine : une mer fortement convoitée

a. La mer de Chine méridionale : une mer au centre de concurrence territoriale

Bordée de toutes parts : à l'ouest par le Vietnam ; au sud par la Malaisie, l'Indonésie et Singapour ; à l'est par les Philippines et Brunei, et au nord par Taïwan et la Chine, la mer de Chine méridionale est un espace maritime de 3,5 millions de km². Elle est composée de plusieurs centaines d'îles (environ 200), et de récifs, regroupés en différents archipels, tels que Spratleys, Paracels, etc.

Les  8 États côtiers de la mer de Chine méridionale revendiquent chacun une partie de l’espace maritime ou de ses îlots.

b. Des tensions très vives

La Chine estime qu’elle a des « droits historiques » sur la plus grande partie de cette mer. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle délimite l’espace maritime qu’elle revendique par une ligne en 9 traits. L’espace ainsi délimité représente environ 80 % de la mer de Chine méridionale.
Toutefois, les autres États riverains revendiquent également une partie de cet espace maritime. Des tensions à propos des îles Paracels, occupées par la Chine, mais revendiquées par le Vietnam et Taïwan, sont particulièrement présentes. Ce qui est également le cas des îles Spratleys, qui sont sous l'autorité chinoise, mais sont réclamées par les Philippines, le Brunei, la Malaisie, Taïwan et le Vietnam.
À la demande des Philippines, un tribunal de la Cour permanente d'arbitrage (PCA) de La Haye s’est prononcé en 2016 sur la régularité de l’occupation chinoise. Il a jugé que la Chine n'avait pas apporté la preuve concernant leurs « droits historiques» sur cette zone. Cependant, la Chine ne reconnaît pas cette décision.

Les mers et océans, au coeur des enjeux géostratégiques

1. Les mers et océans, appropriation et conflits

a. Etablir une gestion internationale des espaces maritimes

En 1982, la conférence des Nations Unies de Montego Bay (Jamaïque), aboutit après 10 ans de travail à la signature d’une convention (Convention des Nations Unies sur le droit de la mer : CNUDM), qui définit les régimes juridiques des espaces maritimes.
Il est possible de distinguer trois types d’espaces maritimes différents :

  • La mer territoriale qui s’étend de la côte jusqu’à une distance maximale de 12 milles nautiques (22< km). Dans cet espace, l’État côtier exerce une souveraineté totale.

  • La zone économique exclusive (ZEE), qui est une création de la conférence. Dans une zone comprise entre la côte et, au maximum, 200 milles nautiques (370 km) mer territoriale comprise, un État côtier peut exercer une souveraineté et une exploitation des eaux, des sols et du sous-sol marins. Toutefois, la liberté de naviguer est garantie pour tous. Il est possible de demander une extension de la ZEE en cas de prolongements du plateau continental.

  • Les espaces maritimes internationaux, correspondent aux eaux situées au-delà des 200 milles nautiques (eaux internationales). Ces espaces appartenant à tout le monde, et donc personne, chacun peut ce qu'il veut en toute impunité. La liberté est de mise concernant la pêche, la navigation, la recherche, etc. Cependant, des conventions internationales sont faites pour protéger certaines espèces menacées telles que la baleine, et le thon…

À ce jour, seulement 157 pays ont signé cette convention sur 193.

b. Les mers et océans à l’origine de conflits

Les ressources des mers et des fonds marins attisent beaucoup de tensions entre des États, dont la volonté est de maîtriser ces richesses maritimes. Par exemple, il existe environ 70 conflits dans le monde concernant la ZEE de la mer de Chine meridionale et de son extension.
Les litiges maritimes peuvent être réglés par la Cour internationale de justice (CIJ), jusqu’à maintenant très peu de cas ont été soumis. Un tribunal spécifique a été créé en 1997 par la convention de Montego Bay, le Tribunal international du droit de la mer (TIDM) qui est installé à Hambourg.

Les derniers avis

Les autres notions abordées dans le chapitre Cours et exercices de Géographie en Terminale Générale - Mers et océans : au cœur de la mondialisation

Vous souhaitez ...
  • Recevoir notre documentation ?
  • Bénéficier de nos offres spéciales ?
  • Être tenu informé de nos actualités ?