Je gère mon compte

(abonnement(s), données personnelles)

Mot de passe oublié ?

J'accède à la plateforme
de Soutien scolaire

Je me connecte à la plateforme

Le XVIIe siècle - Cours et exercices de Français, Première Générale

Votre enfant est en classe de première et vous souhaitez l'accompagner dans sa réussite en français? Pour revoir le chapitre "Le XVIIe siècle". Bordas soutien scolaire vous propose plusieurs séquences avec des cours et des exercices. Le degré de difficulté des exercices proposés s'adapte automatiquement en fonction du niveau de l'élève. Les erreurs de votre enfant sont analysées et nous permettent de lui proposer une correction adaptée afin de l'aider à progresser.

Les notions abordées :

Le baroque

Lorsque commence le XVIIe siècle, l’Europe est profondément troublée : après les grandes découvertes et la Réforme, puis avec la Fronde, toutes les certitudes sont remises en cause. Un sentiment d’instabilité et d’inquiétude domine les esprits, et les arts et la littérature s’en font l’écho.

1. Irrégularités et exubérance

L’instabilité se traduit en art et en littérature, par un refus de toute fixité et de tout figement : courant sans règles, le baroque a pour maître mot la liberté.

a. Le règne de l’étrange et du mouvement

Le mot « baroque » vient du portugais barocco, qui désigne une perle de forme irrégulière. Si ce terme est à l’origine péjoratif, il rend bien compte de la fascination des artistes pour l’étrange et l’insolite, à la charnière des XVIe et XVIIe siècles : les arts plastiques délaissent la ligne droite pour des mouvements sinueux, la littérature joue sur les mots, les images, et les effets de surprise.
Par exemple : c'est ce que fait Pierre de Marbeuf dans son sonnet « Et la mer et l’amour ont l’amer pour partage » (1628). En art, Le Bernin illustre le baroque.

...

Le classicisme

Face à l'exubérance baroque, au XVIIe siècle, la rigueur classique émerge. En même temps que se mettent en place la monarchie absolue et la centralisation monarchique, un goût de l'ordre et de l'équilibre se manifeste et retentit dans les arts et les lettres.

Le terme « Classicisme » est issu de l'adjectif « classique », du latin « classicus », « excellent ». Au XVIIe siècle, un « classique » désigne un écrivain digne d'être travaillé et approfondi en classe.
Le mot « Classicisme » ne verra le jour qu'au XIXe siècle et qualifie le style des œuvres de l'Antiquité et du XVIIe siècle. Le Classicisme s'oppose au Baroque (s'inspirant d'œuvres italiennes et espagnoles) et correspond à la première partie du règne de Louis XIV (1661-1685). Jusque dans les années 1640, la littérature baroque n'obéit pas à des règles strictes. Tous genres confondus, une certaine liberté de ton et de forme caractérise le Baroque. Le renforcement du pouvoir royal (Richelieu, Mazarin), et le développement des salons littéraires parisiens favorisent la fixation de règles ; par exemple, Pierre Corneille illustre le passage d'une certaine comédie à une application des règles du théâtre classique. Le Cid, crée en 1637, est attaqué par l'Académie parce qu'il choque la morale : Chimène aime l'assassin de son père, ce qui est une entrave à la règle classique naissante.


...

Les derniers avis

Vous souhaitez ...
  • Recevoir notre documentation ?
  • Bénéficier de nos offres spéciales ?
  • Être tenu informé de nos actualités ?