Je gère mon compte

(abonnement(s), données personnelles)

Mot de passe oublié ?

J'accède à la plateforme
de Soutien scolaire

Je me connecte à la plateforme

Lire et interpréter la poésie - Cours et exercices de Français, Première Générale

Votre enfant est en classe de première et vous souhaitez l'accompagner dans sa réussite en français? Pour revoir le chapitre "Lire et interpréter la poésie". Bordas soutien scolaire vous propose plusieurs séquences avec des cours et des exercices. Le degré de difficulté des exercices proposés s'adapte automatiquement en fonction du niveau de l'élève. Les erreurs de votre enfant sont analysées et nous permettent de lui proposer une correction adaptée afin de l'aider à progresser.

Les notions abordées :

Fonctions de la poésie : forme et sens

La poésie se définit avant tout par un travail formel. Versifié ou non, le texte poétique se signale toujours par un travail poussé sur le son, qui vient créer des effets de sens particuliers.

1. La tradition de la versification

a. La rime

Jusqu’au XIXe siècle inclus, la poésie française est rimée. Ce système permet de faire surgir des effets de parenté ou de contraste entre des mots aux sonorités proches.

b. Le vers

La versification française repose sur le décompte des syllabes, qui permet de définir différents mètres, généralement pairs. Les vers les plus longs sont généralement réservés aux sujets les plus graves.

...

Le langage poétique

Selon le théoricien Roman Jakobson, la fonction poétique du langage permet de faire de celui-ci un objet esthétique. La poésie se veut donc le lieu par excellence de la fonction poétique du langage : expressivité, esthétisme, travail sur la langue.

1. Le travail du langage

La poésie repose en grande partie sur le travail du langage qui doit faire émerger un sens à travers la construction phrastique, qu’elle soit sémantique ou syntaxique. La plupart des grands poètes se distinguent par leur inventivité langagière (Hugo, Apollinaire).
Au XVIIe siècle, Nicolas Boileau a écrit un Art poétique, un poème en alexandrins qui définit les règles classiques de la poésie comme par exemple la clarté des vers, les formes des différents sous-genres de la poésie (élégie, ode...). Boileau définit également les rgèles du théâtre classique en vers (règle des 3 unités, bienséance, vraisemblance).

a. Son et sens

Au XXe siècle, Paul Valéry définit le poème comme « une hésitation prolongée entre le son et le sens », idée que rejoint Paul Claudel. Si certains poètes ont utilisé le son comme source unique de poésie, les codificateurs de l’époque classique, Malherbe et Boileau, affirmaient la nécessité de produire un son harmonique qui mette en valeur le sens. 
Exemple : « Tout doucement, tout lentement » (Emile Verhaeren), il y aune allitération en (m) qui donne une impression de douceur ainsi que l'assonnance en (an).

b. Lexique et syntaxe

...

Formes fixes et formes libres

Les formes poétiques se répartissent en deux grands ensembles : les formes fixes et les formes libres.

1. Les formes fixes

Les formes fixes sont des formes poétiques dont la structure est figée, même si elle peut être soumise à des variations.

a. La ballade

La ballade apparaît au XIIe siècle et évolue jusqu’au XIVe siècle. Dans cette forme, le nombre de vers par strophe doit être égal au nombre de syllabes par vers, c’est -à-dire une strophe carrée, et chaque ballade doit être composée de trois strophes et d’un envoi final, adressé le plus souvent à un haut personnage.

Dans la « Ballade des pendus » (Le Testament, 1461), François Villon décrit des hommes pendus en se mettant à leur place. Au XIXe siècle, Victor Hugo publie des Odes et ballades (1827).

b. Le rondeau

...

Exemple : Alcools d'Apollinaire

Publié en 1913, le recueil Alcools de Guillaume Apollinaire s’inscrit dans un mouvement de révolution artistique où se multiplient les avant-gardes, et notamment le cubisme en peinture.

1. Les caractéristiques formelles des poèmes

Avec « Zone », le poème liminaire, Apollinaire inscrit d’emblée la modernité poétique dans son texte.

a. Vers libre et structure strophique

Le recueil d’Apollinaire se démarque par un emploi alterné de poèmes en vers libres et de poèmes à vers définis. Dans « Zone », le poète déstructure le poème en utilisant des strophes de dimensions variables et de vers libres. Au contraire, dans « L’Ermite », il construit son poème avec plusieurs quatrains d’alexandrins. Dans « Le Pont Mirabeau », il allie des vers pairs et impairs à la forme strophique de la chanson.

b. L’absence de ponctuation

La poésie d’Apollinaire est connue pour son manque de ponctuation, qui crée un sentiment de fluidité de la parole poétique. Par exemple, dans « Le Pont Mirabeau », la fluidité renvoie à celle de l’eau, que l’on entend bien dans un enregistrement sonore qui a été conservé.

2. Thèmes et art poétique

...

Les derniers avis

Vous souhaitez ...
  • Recevoir notre documentation ?
  • Bénéficier de nos offres spéciales ?
  • Être tenu informé de nos actualités ?