Je gère mon compte

(abonnement(s), données personnelles)

Mot de passe oublié ?

J'accède à la plateforme
de Soutien scolaire

Je me connecte à la plateforme

Les figures de style - Cours et exercices de Français, 4e

Votre enfant est en 4e et vous souhaitez l'aider à progresser en français ?

Pour revoir le chapitre "Les figures de style", Bordas Soutien scolaire vous propose plusieurs séquences avec des diaporamas de cours et des exercices. Le degré de difficulté des exercices proposés s’adapte automatiquement en fonction du niveau de l'élève. Les erreurs de votre enfant sont analysées et nous permettent de lui proposer une correction adaptée, afin de l’aider à progresser.

Les notions abordées :

L'antithèse, l'hyperbole, l'ironie

Tu connais déjà la métaphore et la comparaison. Mais d'autres figures de style existent : elles permettent de donner plus de force et d'expressivité à un énoncé.

 

I. L'antithèse

Une antithèse permet d'opposer deux éléments. On emploie les deux termes opposés dans la même phrase.

Exemple : « Que tu viennes du ciel ou de l'enfer, qu'importe. »

Les Fleurs du mal (1857), Charles Baudelaire (1821-1867).

II. L'hyperbole

Ce mot vient du grec « huperballein » qui signifie « dépasser le mesure ». Ainsi, l'hyperbole est une exagération, une figure qui « grossit » la réalité pour la mettre en relief.

On l'emploie parfois dans le langage courant : avoir un travail de titan = avoir beaucoup de travail. Elle a un cou de girafe = elle a un long cou.

Elle peut produire, selon le contexte, un effet tragique ou comique.

La mise en relief

Pour mettre en relief un élément de la phrase, on le détache en début de phrase. Plusieurs procédés peuvent être utilisés. 

 

I. Le présentatif « c'est ... qui (ou) que »

Pour insister sur un mot ou un groupe de mots, on eut l'encadrer par c'est ... qui (sujet) ou c'est ... que (autres fonctions).

Exemple :

C'est cette pâtisserie qui vend de délicieux gâteaux au chocolat.

C'est ce dimanche que nous allons voir tante Sophie.

Il faut faire attention à bien accorder le verbe après le pronom relatif « qui ».  Il faut bien observer à quelle personne est l'antécédent : C'est moi qui parle.

Les derniers avis

Les autres notions abordées dans le chapitre Cours de Français en 4e - Vocabulaire

Vous souhaitez ...
  • Recevoir notre documentation ?
  • Bénéficier de nos offres spéciales ?
  • Être tenu informé de nos actualités ?